mardi 26 avril 2016

|| Alors c'est ça, avoir peur pour ses enfants ?

Au moment où je commence la rédaction de cet article, mon Chéri est avec ma Choupette dans la voiture, ils rentrent des urgences. Je suis à la maison, ma petite Citrusse vient de boire la moitié de son biberon et commence tout doucement sa nuit. Il est 20h22, nous sommes dimanche soir et une heure auparavant j’ai eu, une nouvelle fois, très peur pour ma Choupette.


Elle nous en a fait des bobos, peu après ses premiers pas, je vous parle du tout premier ici, des pas mal maitrisés, un petite fille qui trébuche et tombe sur la table basse, elle s’ouvre le dessous de l’arcade. Nous étions seules toutes les deux à la maison, en voyant le sang et la localisation j’ai eu peur, très peur, puis j’ai senti les larmes monter. Je me suis reprise en main, je ne savais pas ce qu’elle avait, seulement qu’à ce moment précis il n’y avait que moi pour elle. Je l’ai prise avec moi, direction la salle de bain pour nettoyer, je l’ai fait "parler", l’ai mise debout pour voir si elle tenait bien, lui ai demandé de marcher, elle est partie en courant. Je l’ai rappelé pour finir de nettoyer, et l’ai bien surveillée.

Quelques semaines après, chez mes parents, elle descend du canapé, encore une fois la table basse et l’oeil. Celle-ci a deux plateaux, un hématome au-dessus et en dessous de l’oeil. Encore une fois "tout va bien".


Ma Choupette est d’un caractère actif, très actif. Des gamelles elle s’en est pris pas mal. Combien de fois l’avons nous prise dans nos bras pour la consoler et avons nous vu du sang sur notre épaule réconfortante, à tel point que c’était devenu un réflexe de regarder notre épaule. Ne restait plus qu’à trouver la provenance de ce sang, bien souvent les lèvres ou l’intérieur de la bouche.

A chaque fois, une petite fille qui pleurait plus ou moins fort sur le coup, mais qui s’est toujours calmée très vite. Je me rappelle aussi de sa gastro, l’entendre hurler, la retrouver dans le vomi, la prendre dans nos bras, sentir son ventre se contracter et lui dire d’y aller, tant pis pour les vêtements, que ça sorte. Une fois tout sorti, le médecin passé en pleine nuit, je vois encore ma petite fille jouer avec les cotons, en pleine former à 4h du matin, pendant que son papa allait chercher les médicaments à la pharmacie.

Il y a eu ma Citrusse, ce besoin d’aller aux toilettes au travail. Cette petite goutte qui coule, se dire qu’on a pas envie à ce point quand même. Aller au toilettes, regarder cette fameuse goutte, et y voir du sang. S’essuyer, du sang. Aller chercher des protections, sentir couler encore plus fort. Retourner aux toilettes et y voir une masse. Regarder en se disant qu’il faut, pour savoir, au cas où. Et trembler comme jamais, sentir les larmes. Se reprendre en mains, se poser des questions, il me reste 1h30 à faire, je fais quoi ? C’est mon bébé, je pars. L’attente à la maternité, une heure. Ne pas savoir, se poser un tas de questions tout ce début de grossesse, comme je vous en ai déjà parlé ici ou .

Et puis le rhume de ma grande, la fièvre. Entendre ma petite le nez pris, et la fièvre qui la touche aussi. S’inquiéter encore, la voir gérer et se calmer. Vouloir la moucher avec du sérum, et comme pour sa grande soeur trois ans auparavant, s’entendre crier pour lui dire de respirer. Et voir ma trois ans me dire, "pourquoi tu dis ça maman ? ça va pas ?". La voir reprendre son souffle et être soulagée.


Et enfin ce dimanche soir. Une fin de repas, un carré de chocolat, un énième "calme-toi s’il te plait", un boum, encore une table basse, un peu de pleurs, mais pas beaucoup. Son papa qui la prend dans ses bras et son "oh non". Le sang qui coule, chercher d’où il vient. L’arrière de la tête. Notre sang à nous qui ne fait qu’un tour. Un torchon pour essuyer le sang, mais son pull bleu en est déjà couvert. "Il faut l’emmener aux urgences ?", "J’y vais, toi tu restes à la maison avec la petite". Essayer de penser à tout prendre, son manteau, des chaussures, les papiers, une serviette. Lui faire un bisous et l’entendre demander en partant "c’est quoi le rouge par terre ?". Reprendre le torchon pour l’enlever ce rouge. Du sang. Son sang. Et lâcher ses larmes. Regarder vers sa petite pour reprendre son souffle et aller lui donner son bain. Entendre leur voix, "tout va bien, on cherche les urgences". Une heure après les entendre me dire qu’ils rentrent, que tout va bien. Elle a été sage, elle a pleuré, parce qu’elle n’aime déjà pas beaucoup qu’on lui touche les cheveux, parce que le sang avait collé et que le médecin cherchait d’où il venait. Il a fallu lui rincer la tête, la dame lui a fait enlever le haut mais pas le bas, elle s’est retrouvée trempée et n’a pas bien compris pourquoi elle était là, à moitié toute nue dans le froid. Il n’y a finalement rien d’alarmant, sa peau est frottée, éraflée et a une toute petite entaille. Le médecin lui a posé une agrafe, elle n’a rien senti. Nous y retournons en fin de semaine pour lui enlever.

Pour égayer un peu cet article, la jolie salade de fleurs que ma Choupette a préparé la semaine passée.

6 commentaires :

  1. mon dieu, je ne connais que trop bien cet effroi !! Combien de fois ai-je fini aux urgences...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère ne pas avoir à le revivre, en tout cas, pas pour plus grave ! J'espère...

      Supprimer
  2. Ah ce n'est pas drôle, je connais ça aussi ! Avec les grands mais aussi avec le petit. Il est tombé tête la première il y a 1 an 1/2 une première dent a été expulsée, l'autre saignait et bougeait beaucoup mais elle a finit par se ressouder. Enfin maintenant il a 4 ans et il va rester encore un bon moment avec une dent en moins sur le devant. l'été dernier il était assis sur une chaise sur la terrasse et, je ne sais comment, il est tombé à la renverse avec sa chaise et s'est claqué la tête à l'arrière. Comme toi du sans partout, les urgences... Ils nous en font voir et c'est pas fini je pense ! ;-) J'espère que ta minette va mieux en tout cas. C'est très paniquant, nous on a surveillé toute la nuit pour voir si tout allait bien, il fallait le réveiller entre deux etc. Ah je te jure, il faut avoir les nerfs accrochés ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh petit père ! C'est vraiment pas drôle. On a échappé aux réveils nocturnes parce que ce n'était "pas si grave". On enlève l'agrafe ce week-end :)

      Supprimer

Merci pour ce petit mot !
Pssst, penses à repasser, je réponds à tous les commentaires !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...